6 formes de violence conjugale post-séparation

Violence post-séparation Réalité des enfants Problématique

6 formes de violence conjugale post-séparation

  • 77 760

  • 5 min. de lecture

Contrairement à ce qu’on pourrait espérer, la rupture n’est pas toujours gage de sécurité pour les victimes de violence conjugale, du moins à court terme. En effet, la violence peut se transformer en violence post-séparation et continuer d'avoir des conséquences très importantes dans la vie des victimes et de leurs enfants. La violence post-séparation peut avoir différents objectifs: convaincre la victime de reprendre la relation, poursuivre le contrôle, empêcher la victime de faire valoir ses droits, se venger de ce qui est perçu comme un ultime affront... ou simplement avoir le dernier mot.

1

Escalade des stratégies de manipulation visant à regagner la relation

Tenter de manipuler la victime en se montrant sous son meilleur jour, en exprimant de l'amour, de la peine et des remords ; Amorcer une démarche thérapeutique sans réelle intention de changer ; Faire du chantage et des menaces (de demander la garde des enfants, d’abandonner les enfants, de couper les vivres, de disparaître, de se suicider, etc.) ; Manipuler les enfants ou les proches pour qu’ils militent en sa faveur.

2

Harcèlement et surveillance

Surveiller les allées et venues de la victime ou des enfants ; Contacter la victime continuellement (par téléphone, par texto, etc.) ou se présente à elle de façon répétée (à son domicile, à son travail, etc.) ; Contacter la famille et les amis de la victime pour avoir de l'information ; Questionner les enfants à propos de la nouvelle vie de la victime, un nouveau partenaire par exemple, Utiliser des moyens technologiques pour traquer la victime.

3

Violence via les procédures judiciaires

Multiplier ou prolonger indûment les procédures liées à la séparation ; Faire de fausses accusations (de violence, d’aliénation parentale, etc.) ; Ne pas respecter les ordonnances de non-contact ; Manipuler, harceler ou intimider les intervenant.es ; Intenter des poursuites pour diffamation contre la victime ; Déposer des plaintes contre les intervenant.es impliqué.es dans le dossier s'ils prennent position pour la victime.

4

Violence économique et appauvrissement volontaire

Retenir la pension alimentaire pour des motifs déraisonnables ; Intenter des procédures légales inutiles pour faire gonfler les frais d’avocat de la victime ; Contester ou refuser de payer sa part des frais communs ; Cacher des revenus ou cesse de travailler pour éviter de payer une pension alimentaire.

5

Contrôle via le rôle parental

Exiger des comptes rendus détaillés du quotidien des enfants ou des photos lorsqu'ils sont avec la victime ; Imposer des stratégies éducatives alors que l'enfant n'est pas sous sa garde ; Remettre en question les habiletés parentales de la victime ; Cacher de l’information ayant trait à l’enfant ; Manipuler l’enfant contre la victime ; Manipuler les intervenant.es scolaires ; Ne pas ramener l'enfant au moment prévu ; Imposer sa présence dans le temps de garde de la victime.

6

Escalade de violence physique

Dans un contexte de violence conjugale, la rupture peut faire augmenter le risque de blessures graves ou de mort pour la victime ET pour ses enfants.

Compte tenu des risques associés à la séparation, il est impératif d’assurer aux victimes de violence conjugale l’accès à une place en Maison d’hébergement (de première ou de seconde étape) et à toute autre mesure pouvant accroître leur sécurité et leur rétablissement, tant et aussi longtemps que la violence et le danger persistent.

SOS violence conjugale

E-Magazine SOS-INFO

Téléchargez la version électronique de tous nos articles.

Ce format peut être plus pratique dans certaines situations, notamment pour partager les articles en version imprimée, ou pour les avoir sous la main dans un contexte d’intervention.

Téléchargez cet article

Bien que la violence conjugale touche majoritairement des femmes, elle peut aussi toucher les hommes et les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre. Les services de SOS violence conjugale sont offerts à toutes les personnes touchées par la problématique.

Des questions ?
Besoin d'en parler ?
Nous sommes là.

Contactez une intervenante

Services par clavardage

Par clavardage, nous sommes en mesure de vous offrir un temps d'échange sur votre situation, et nous pourrons ensuite vous parler des ressources qui pourraient être utiles pour la suite. Nous sommes disponibles en moyenne pour une trentaine de minutes par échange.

Comment ça marche ?

  • Cliquez sur le lien ci-dessous.
  • Si une intervenante est en ligne, la fenêtre de conversation s'ouvrira.
  • Si aucune intervenante n'est en ligne, vous pouvez nous écrire à sos@sosviolenceconjugale.ca ou nous appeler au 1 800 363-9010 (24/7).
Commencer