Je m'interroge

C'est difficile de se heurter à certaines questions au sujet de sa relation amoureuse. Est-ce que c'est normal? Est-ce que c'est de la violence? SOS violence conjugale donne accès à des réponses pour y voir plus clair.

Questionnaire interactif

Y a-t-il des comportements violents dans ma relation?

Identifiez si différentes formes de violence conjugale sont présentes dans votre relation dans ce questionnaire interactif.

Commencer

Des réponses à vos questions

Bien sûr ! Contacter SOS, c’est justement une façon de trouver quelqu’un avec qui on pourra discuter et réfléchir à sa situation pour y voir plus clair. Il n’est donc pas nécessaire d’être certaine que la situation est bel et bien de la violence conjugale. Peu importe la situation qui crée un malaise avec un partenaire, SOS est là pour vous aider à trouver des ressources qui pourront vous accompagner et vous soutenir.

Les intervenantes de SOS violence conjugale connaissent bien la réalité vécue par les victimes de violence conjugale et savent que la décision de rompre ou non avec une personne violente n’est pas une décision facile, qu’elle comporte de nombreux enjeux dont celui de la sécurité et que c’est une décision qui ne peut être prise que par la personne qui vit la situation. Les intervenantes de SOS n’exercent donc aucune pression, ni en faveur d’une rupture, ni en faveur du maintien de la relation.

Une victime de violence conjugale qui ne souhaite pas rompre avec son conjoint violent peut tout de même bénéficier d’aide et de soutien à différents niveaux. Par exemple, même si elle ne souhaite pas être hébergée, elle peut rencontrer en externe une intervenante de Maison d’hébergement et avoir accès à un espace pour pouvoir discuter de sa situation, être entendue, comprise, rebâtir son estime de soi, sa confiance en soi et ainsi se sentir plus forte et améliorer sa qualité de vie malgré la présence de la violence conjugale. Elle pourrait aussi bénéficier d’un groupe de soutien, d’aide dans sa relation avec ses enfants, d’aide matérielle et alimentaire, etc.

Il est donc tout à fait pertinent qu’une victime de violence conjugale qui ne souhaite pas rompre sa relation entre en contact avec SOS violence conjugale pour recevoir du soutien.

Lorsqu’on examine sa relation, on arrive souvent assez facilement à identifier la violence subtile et la manipulation présentes qui étaient présentes dès le début. On risque alors de ressentir de la honte et de la culpabilité de n'avoir pas «vu les signes» et «réalisé» le piège qui se dessinait autour de soi, ou de ne pas avoir «réagi» assez vite. Mais c'est un piège : le piège de la vision à postériori «après les faits».

En réalité, il aurait été extrêmement difficile, voire impossible, d’identifier la violence conjugale au début de la relation, puisque les comportements de violence subtile étaient habilement camouflés à travers des manifestations d’amour. Ce n’est que le fait de connaître la suite des choses qui permet aujourd’hui de voir plus clairement la violence psychologique et la manipulation des débuts de la relation. Il est aussi important de se rappeler que c'est normal (et sain) d'avoir cru en la bonne foi d'un partenaire, de lui avoir accordé le bénéfice du doute, d'avoir accepté ses excuses et d'avoir cru en son potentiel de changement. C'est l'agresseur qui choisit d'utiliser les qualités d'ouverture et de confiance de la victime contre elle... et il demeure donc le seul responsable de la dynamique de violence conjugale.

Nous sommes disponibles pour en discuter, n'hésitez pas à nous contacter.

Bien sûr. Les services de SOS violence conjugale sont offerts à toutes les personnes concernées par une situation de violence conjugale, sans égard à leur sexe, à leur orientation sexuelle, à leur âge, à leur origine ethnique, etc.

Lorsque vous contactez SOS violence conjugale, vous n'avez pas à vous engager à entreprendre aucune démarche. Nous savons que chaque situation est différente et que plusieurs enjeux rendent les décisions difficiles. Il n'y a pas de chemin «unique» quand on fait face à la violence conjugale. Une «solution» peut être utile, dans une situation, et néfaste dans une autre. Nous serons là pour vous offrir notre compréhension et des ressources qui sauront vous accompagner selon vos besoins et selon votre volonté.

C'est pas violent... ou ça l'est?

Une campagne de sensibilisation interactive

Faites le jeu des 5 conversations et apprenez à identifier les formes de violence conjugale subtiles.

Viens t'essayer

Je ne suis pas au Québec

Si votre situation se déroule en dehors du Québec, consultez notre liste de ressources canadiennes et internationales.

Ressources hors Québec
Contactez une intervenante

Comment effacer les traces de son passage sur le site de SOS ?

Lorsque vous naviguez sur Internet sur un ordinateur, sur une tablette ou sur un cellulaire, vos activités sont enregistrées automatiquement par le navigateur que vous utilisez (explorer, safari, firefox, chrome, etc.). Malheureusement, cela signifie que votre partenaire pourrait retracer tous les sites que vous avez visités en consultant votre historique de navigation. Il est possible d’effacer les traces de votre passage sur notre site. Nous vous conseillons de consulter cette page pour savoir comment faire. 

Dans certaines situations, il pourrait être préférable de consulter notre site à partir d'un appareil auquel votre partenaire n'a pas accès : l'ordinateur le téléphone d'une amie, au bureau, à la bibliothèque, etc. Votre sécurité est importante.