5 manifestations de violence conjugale ciblant le réseau social
Retour en arrière

SOS-Info Comprendre

5 manifestations de violence conjugale ciblant le réseau social

6 min. de lecture

Pour établir et maintenir une emprise de violence conjugale, plusieurs moyens sont utilisés par l’agresseur pour limiter les probabilités que les proches de la victime intervienne pour l’aider, ou pour limiter l’accès de la victime à son entourage. Voici quelques exemples de comportements violents qui ciblent le réseau social d'une victime.

1

Saboter les communications et les liens entre la victime et ses proches

Ne pas faire les messages téléphoniques, effacer des messages textes ou des courriels, faire obstacle aux sorties, faire preuve de jalousie envers les proches, créer des conflits entre la victime et ses proches, etc.

2

Discréditer la victime

Présenter aux proches une image faussée de la victime, qui la décrit comme étant trop émotive, instable, déraisonnable, agressive ou comme souffrant d’un problème de santé mentale. Se présenter lui-même comme étant serviable, digne de confiance, raisonnable et prêt à faire des efforts pour « aider la victime » et lui «donner des chances». L’agresseur peut aller jusqu’à se présenter comme étant la victime dans la situation.

3

Manipuler la perception que les proches ont de la situation

Présenter aux proches une image faussée de la situation, mentir et déformer les faits de façon à responsabiliser la victime et à se déresponsabiliser

4

Utiliser les proches pour rapporter de l'information sur la victime

Solliciter les proches pour surveiller la victime et rapporter ses faits et gestes, en alléguant une préoccupation pour la victime, en faisant sentir aux proches que c’est «pour son bien».

5

S’approprier la famille et les ami-es de la victime

Investir la famille et les amis de la victime pour faire en sorte de devenir la personne la plus importante dans la relation. Exclure entièrement la victime de ses liens avec ses ami-es ou sa famille, pour se les approprier.

Je suis séparée depuis 4 ans. Pendant notre mariage, mon ex-conjoint s’est beaucoup rapproché de mes parents, au point où ils l’ont « adopté ». À l’époque, il a convaincu mes parents que j’avais des problèmes de santé mentale et que mon «refus de me faire soigner» était très difficile à vivre pour lui. Quand je me suis séparée, mes parents ont pris son bord. Ils ont même témoigné pour lui en Cour. Je ne les ai pas revus depuis. Ça me brise le coeur d’imaginer mon ex qui passe noël avec mes parents, alors que je suis seule chez moi.

Femme - 45 ans - Survivante

Bien que la violence conjugale touche majoritairement des femmes, elle peut aussi toucher les hommes et les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre. Les services de SOS violence conjugale sont offerts à toutes les personnes touchées par la problématique.

Des questions ?
Besoin d'en parler ?
Nous sommes là.

Contactez une intervenante

Comment effacer les traces de son passage sur le site de SOS ?

Lorsque vous naviguez sur Internet sur un ordinateur, sur une tablette ou sur un cellulaire, vos activités sont enregistrées automatiquement par le navigateur que vous utilisez (explorer, safari, firefox, chrome, etc.). Malheureusement, cela signifie que votre partenaire pourrait retracer tous les sites que vous avez visités en consultant votre historique de navigation. Il est possible d’effacer les traces de votre passage sur notre site. Nous vous conseillons de consulter cette page pour savoir comment faire. 

Dans certaines situations, il pourrait être préférable de consulter notre site à partir d'un appareil auquel votre partenaire n'a pas accès : l'ordinateur le téléphone d'une amie, au bureau, à la bibliothèque, etc. Votre sécurité est importante.