Témoignages 102

C'était un soir dans le temps des fêtes. J'avais l'impression que tout le monde était heureux sauf moi. On était en voiture, je regardais par les fenêtres des maisons qu'on passait, les gens heureux d'être ensemble, les familles unies... et je sentais monter en moi le besoin intense de sortir, de rejoindre la vraie vie. Je me sentais prisonnière de ma relation, de ma maison, de mon quotidien. À la fin de la soirée chez ma soeur, j'ai trouvé un prétexte pour rester à coucher avec les enfants. Le lendemain, on a appelé à SOS. J'ai passé 2 mois en Maison d'hébergement pour planifier la suite. Ma soeur a été tellement importante pendant ce temps là, elle est venue avec moi chez l'avocat, elle a gardé mes enfants quand je cherchais un logement, elle m'a prêté sa voiture... et tellement plus. Surtout, elle était là et je savais qu'elle resterait jusqu'au bout. Ça fait 4 ans maintenant et ma vie est belle. Merci la vie!
  • Femme
  • 37 ans
  • Conséquences de la violence
On se préparait pour aller au party de Noël de mon bureau. Ça ne lui tentait pas d’y aller. On était dans la salle de bain. Il m’a prise par les épaules et m’a placée de force devant le miroir. Il me retenait là avec ses mains et son corps pressé dans mon dos et me disait de me regarder, que je m’étais maquillée comme une «guidoune», mais j'étais maquillée exactement comme d’habitude. Je l’ai supplié d’arrêter mais il continuait et continuait. Il m'accusait de vouloir impressionner quelqu’un, que je «cruisais» mes collègues. Mon maquillage était gâché. J’avais beau lui dire que ce n’était pas vrai, il continuait. Il ne me tenait pas fort, pas assez pour me faire des bleus, mais suffisamment pour que je ne puisse pas m’en aller. J’ai fini par crier après lui et j’ai égratigné sa main en essayant de faire en sorte qu’il me lâche. Il m’a lâchée en me traitant « d’ostie de folle ». Je n’avais plus envie d’aller au party, mais il insistait maintenant pour y aller. J’ai refait mon maquillage, mais cette fois j'en ai mis moins que d’habitude. Je n’avais pas envie que ça recommence. Rendus au party, j’avais le cœur dans les talons et je faisais attention pour ne pas parler à mes collègues masculins. Lui, au contraire, il parlait à tout le monde. Plus tard dans la soirée, une collègue est venue me dire qu’il montrait son égratignure à tout le monde, et qu’il leur demandait comment ils me trouvaient au bureau, parce que j’étais agressive à la maison…
  • Femme
  • 41 ans
  • Violence émotionnelle, Violence par proxy, Violence physique directe
Quand on était en zone rouge, on n'avait pas le droit d’inviter des gens dans la maison... mais comme mon opinion compte zéro dans la balance il s'en moquait… ils étaient 15 dans le sous sol à un moment donné et il m'obligeait à rester avec eux... J'avais peur que quelqu'un ait la Covid et crée une éclosion, j'avais peur de l'attraper, il y avait des vrais risques... et j'avais peur qu'on se fasse prendre aussi... c'était extrêmement stressant.
  • Femme
  • 56 ans
  • Violence psychologique, Violence physique indirecte
Je me sentais tout le temps inadéquate, stressée, préoccupée par ce qu'il penserait de ce que je portais, de ce que je disais, de ma façon de bouger, de la direction de mon regard, de ma façon de respirer... J'avais toujours peur qu'il réagisse brusquement ou durement envers moi, pour une foule de minuscules petits détails. J'essayais de penser à tout mais je n'y arrivais jamais. C'était tellement stressant. Je n'avais jamais été une personne particulièrement anxieuse avant, mais je suis devenue une boule de nerfs 24h sur 24... et même ça il me le reprochait.
  • Femme
  • 39 ans
  • Violence psychologique, Conséquences de la violence
On commence à faire l’amour et il me demande de faire quelque chose qu'il sait que je ne souhaite pas faire. Devant mon refus, il se vexe rapidement, il crie, il me traite de "chienne", il m'accuse de le tromper..... Plus tard, il met des couvertures par terre pour que j'y dorme... comme une vraie chienne.
  • Femme
  • 19 ans
  • Violence psychologique, Violence sexuelle
C'était quand on a déconfiné et qu'on avait enfin le droit d'aller voir nos proches à l'extérieur. J’ai suggéré d’aller voir ma sœur dans sa cour. Tout de suite, ça a été l’orage, les regards de mépris, les soupirs découragés… comme si j’étais vraiment irresponsable de penser faire ça. On est pas allé finalement.
  • Femme
  • 38 ans
  • Violence psychologique, Isolement
Petit à petit, chaque jour un peu plus de tension, de malaise.. entrecoupés de jours que je prenais comme des cadeaux où il était souriant, ou je retrouvais l'homme que j'aimais, le père aimant et l'homme chaleureux.. Jusqu'a ce jour fatidique où il m'a traité de merde, de mauvaise, de salope devant mes enfants et mon plus grand de six ans qui me regardait avec des larmes dans les yeux en me demandant pourquoi papa me parlait comme cela, que ce n'était pas vrai, que je n'étais pas mauvaise... Ces larmes dans les yeux de mes enfants et l'incompréhension dans les yeux de mon aîné ont été le premier déclic. La fureur et le dégoût dans les yeux de l'homme que j'aimais quand il m'a regardé et fait tombé sur le sol ont été les suivants.. Je ne pouvais plus, il fallait que cela cesse.. Maintenant.. Tout de suite..
  • Femme
  • 40 ans
  • Violence psychologique, Violence physique directe
Le temps des fêtes c'est l'enfer. Si je suis trop heureuse, il trouve une façon de me faire pleurer, ou de me mettre en colère. Si je suis trop contente de voir mes proches, il exprime de la jalousie ou il s'organise pour créer un conflit avec eux. Si j'ai trop hâte d'aller quelque part, il trouve une façon d'annuler la sortie... mais si je ne suis pas assez heureuse, il me le reproche aussi.
  • Femme
  • 50 ans
  • Violence émotionnelle, Isolement
Il m'a offert un beau petit chiot pour notre 3e anniversaire de mariage : un petit berger australien que j'ai appelé Jack. Pauvre Jack... il est devenu mon double... au lieu de me menacer ou de me frapper, il frappait Jack. Je ne me souviens plus du nombre de fois où il est parti avec Jack en me disant qu'il allait s'en débarrasser, ou le faire euthanasier... puis il revenait en disant qu'il n'avait pas pu le faire, que je n'arriverais pas à faire de lui un «monstre» (parce que évidemment, c'était toujours de ma faute). J'ai voulu partir en hébergement mais je n'avais pas d'endroit où laisser Jack en sécurité, alors je suis restée.
  • Femme
  • 35 ans
  • Violence par proxy
Dans ma relation, j'avais l'impression que mon mari avait comme une immense «bulle», qui prenait toute la place disponible, et que moi j'étais coincée en dessous, prise, avec presqu' aucune place pour bouger. Et quand je bougeais trop fort... ça «pétait» sa bulle et j'en payais le prix...
  • Femme
  • 56 ans
  • Violence psychologique
Les rares fois que nous allions au restaurant ensemble, il me regardait à peine durant tout le repas. Il mangeait en silence avec une expression faciale méprisante. Je n’étais qu’un accessoire en face de lui. Parfois, il s’assoyait même en diagonale de moi, alors que nous étions deux à une table de quatre.
  • Femme
  • 29 ans
  • Violence psychologique
Il me manipulait à répétition d'une façon très habile. Il me disait que j’étais la petite femme de sa vie. Peu de temps après, les insultes dégradantes fusaient de tous côtés. Il déversait sa rage sur moi et prenait plaisir à me voir souffrir psychologiquement.
  • Femme
  • 29 ans
  • Violence psychologique
Contactez une intervenante

Comment effacer les traces de son passage sur le site de SOS ?

Lorsque vous naviguez sur Internet sur un ordinateur, sur une tablette ou sur un cellulaire, vos activités sont enregistrées automatiquement par le navigateur que vous utilisez (explorer, safari, firefox, chrome, etc.). Malheureusement, cela signifie que votre partenaire pourrait retracer tous les sites que vous avez visités en consultant votre historique de navigation. Il est possible d’effacer les traces de votre passage sur notre site. Nous vous conseillons de consulter cette page pour savoir comment faire. 

Dans certaines situations, il pourrait être préférable de consulter notre site à partir d'un appareil auquel votre partenaire n'a pas accès : l'ordinateur le téléphone d'une amie, au bureau, à la bibliothèque, etc. Votre sécurité est importante.